Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 20:52

Du 1er au 31 décembre 2011, vous êtes invités à découvrir, dans le contexte du Dressing, une vidéo d'Alexandra Vincent : Passagère.

 

Alexandra Vincent

© Alexandra Vincent 2011

 

 

Présentation de l'artiste

 

DNAP avec félicitations, à l'Ecole supérieure d'art de Rueil-Malmaison.

Actuellement en 4ème année aux Beaux-Arts de Nantes

Repost 0
Published by LE DRESSING. Vidéo art IN Free'P'Star - dans 2011
commenter cet article
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 11:27

Du 1er au 30 novembre 2011, vous êtes invités à découvrir, dans le contexte du Dressing, une vidéo de Hadi Moussally : A man watched by himself.

 


Hadi Moussally

© Hadi Moussally 2009

A man watched by himself, 2009, Paris, vidéo numérique, 2’46’’.

Réalisation : Hadi Moussally. Montage : Olivier Pagny & Hadi Moussally.

 

 

A man watched by himself ou Un homme épié par lui-même montre la facette cachée de la solitude. L’Homme est face à lui-même devant le miroir et une certaine schizophrénie commence à naître. Quelle est la part de la réalité et de l’hallucination ? Comment réagir face à soi-même ? Beaucoup de questions auxquelles il est difficile de répondre… 

 


Présentation de l'artiste

 

http://www.youtube.com/user/hadimoussally

http://www.facebook.com/moussallyhadi

 

Hadi Moussally est un jeune réalisateur libanais vivant en France. Sa passion pour l’Art en général et le cinéma/vidéo plus précisément l'a amené à abandonner ses études scientifiques pour étudier le cinéma et la réalisation. Le train de 21h12, son premier court métrage en 2009, financé par le CROUS Montpellier, a été sélectionné par plusieurs festivals dont Sacramento International Gay and Lesbian Film Festival 2009 et Festival inter universitaire de la création étudiante 2009. A la demande de l’Association Française des Diabétiques, il a réalisé un documentaire-fiction en 2009, Molotov : Type X, qui a été diffusé lors des journées de dépistage du diabète en France depuis 2009. Il a aussi expérimenté le format clip, et a réalisé Calling the maker en 2011 de Aimee Allen, pour le concours de genero.tv et a eu une mention honorable.

Repost 0
Published by LE DRESSING. Vidéo art IN Free'P'Star - dans 2011
commenter cet article
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 22:24

Quelques photos de la Nuit Blanche...

Et pour découvrir le son qui accompagnait les vidéos, cliquez ici... 

 

00 crédit SHADOW_COLLECTIF   00 crédit SHADOW_COLLECTIF  00 crédit SHADOW_COLLECTIF
  00 crédit SHADOW_COLLECTIF 00 crédit SHADOW_COLLECTIF
© Shadow_Collectif 2011 
 
Repost 0
Published by LE DRESSING. Vidéo art IN Free'P'Star - dans 2011
commenter cet article
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 12:05

Du 1er au 31 octobre 2011, vous êtes invités à découvrir, dans le contexte du Dressing, trois vidéos de Virginie Foloppe :  Le bain de V.,  La main dans l'sac, Pas de rouge pour Marnie ?

 


 

 

Virginie Foloppe

© Virginie Foloppe 2002

 

Le Bain de V., 2002, vidéo numérique, 4’46''. 

 

"Virginie Foloppe, à la suite de Pierre Klossoski avec Le bain de Diane, repense l’érotisme de la chair ouverte : plongée sur le corps dénudé et qui s’offre au regard dans l’effacement même de sa couleur et de sa forme, vertige de l’acte même… La bouche rougie, saillante au milieu d’une clarté blanche qui évoquerait pratiquement les apesanteurs vermériennes, absorbe la scène figurative en même temps qu’elle a aimé goûter l’amant inattendu, celui qui l’observait prendre son bain. Ouvrir Vénus, tel que l’envisageait ailleurs Georges Didi-Huberman, nous renvoie là à une origine meurtrière, où V. fait disparaître le magenta empourpré que son regard emportait. Avec Le bain, le désir ne serait que de la mélancolie." Julien Milly

 


Virginie Foloppe

© Virginie Foloppe 2004

 

La main dans l'sac, 2004, vidéo numérique, 3’54''. 

 

Prise la main dans l'sac une femme élabore une peinture abstraite.

 

 

Virginie Foloppe

© Virginie Foloppe 2007

 

Pas de rouge pour Marnie ?, 2007, vidéo numérique, 3’30''. 

 

Dans Marnie, d’Hitchcock, une femme passe d’une identité à une autre au gré des vols qu’elle commet. Ce qui m’a intéressé ce sont les multiples identités de Marnie et la petite fille qu’elle ne peut cesser d’être à cause d’un traumatisme infantile. Et aussi la complexité de son désir. Alors dans ma vidéo Pas de rouge pour Marnie ? les poupées deviennent les autres Marnie, celle de l’enfance et celle de l’adolescence quand le corps s’éveille à la sensualité et à la découverte du plaisir. La clé du personnage est dans un sac cadenassé. De la peinture rouge qu’un petit pinceau effleure avant de se poser sur les lèvres d’une orchidée. Peut-être s’agit-il d’une défloration ? D’une allégorie de la violence d’un désir menaçant l’intégrité du corps de Marnie, son visage ? Dans ma vidéo, Marnie artiste de son désir et de son corps investit cette violence à sa façon, pour en faire une œuvre. Elle devient créatrice sur le lieu du traumatisme.

 

 

Présentation de l'artiste

 

http://virginie.foloppe.pagesperso-orange.fr 

 

Virginie Foloppe est vidéaste. Elle met en scène des personnages issus de lieux aussi divers que la peinture, le cinéma, l'actualité, la psychanalyse, la sculpture... 


Repost 0
Published by LE DRESSING. Vidéo art IN Free'P'Star - dans 2011
commenter cet article
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 21:46

 

Le soir de la Nuit Blanche, dans la nuit du 1er au 2 octobre, Free'P'Star accueillera une proposition du Shadow_Collectif (Françoise Anger, Christiane Banc, Thierry Dilger, Dominique Gayman), associé à la Mairie de Paris.

 

Une création vidéo et sonore sera projetée sur toute la façade de la boutique jusqu'à déborder, s'étendre dans les trois dimensions, envahir la rue, immerger les passants... Rendez-vous à partir de 21h, jusqu'à 2h du matin !

 

Shadow_Collectif

© Shadow_Collectif 2011

 

Sur la Brèche, installation son-vidéo in situ.

 

Des séquences d'images de travail en usine - images en boucle, sons répétitifs, permanence des cadences, obligation de productivité - suggèrent la matière des mémoires industrielles et restituent les modes actuels et compulsifs de consommation.

Le rêve de chacun est traduit par des images d'objets industriels rose fluorescent, icônes de la société de consommation : moulinette à viande, 4CV, frigo, etc.

Free'P'Star, en proposant des produits « seconde main », offre un écran qui prend tout son sens.

 

Shadow_Collectif remercie Alban Poirier réalisateur avec Jean Serres du film « Lorraine cœur d’acier » 1980, Joyce Sebag, Jean-Pierre Durand, réalisateurs du documentaire « Rêves de chaîne » 2006, qui nous ont permis d’utiliser des images de leurs films.

 

SHADOW_COLLECTIF : Créé en octobre 2010,  collectif de 4 artistes plasticiens, créateurs visuels, créateurs vidéos, créateurs sonores. SHADOW_COLLECTIF, nom inspiré par le Shadow Cabinet anglais qui s’exprime dans l’opposition pour offrir une alternative. Objectifs : Décloisonner, confronter des points de vue, croiser des compétences, partager, pour créer autrement. Intervenir  avec des installations in situ multimédia et interactives pour questionner et interpeller le public.


Contact : shadowcollectif@gmail.com

Françoise Anger : http://www.francoiseanger.fr

Christiane Blanc : blancchristiane@yahoo.fr

Thierry Dilger : http://sonabilis.blogspot.com ; http://www.sonabilis.com

Dominique Gayman : http://www.dominiquegayman.com

Repost 0
Published by LE DRESSING. Vidéo art IN Free'P'Star - dans 2011
commenter cet article
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 21:17

LE DRESSING se développe : le son des vidéos est désormais audible de la rue... Entre immersion et irruption, une infiltration étrange dans l'espace de la quotidienneté...

 

Écoute du son via enceinte (à l'entrée) et casque (près de la caisse) jusqu'à 21h.

Repost 0
Published by LE DRESSING. Vidéo art IN Free'P'Star - dans 2011
commenter cet article
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 22:49

Du 1er au 30 septembre 2011, vous êtes invités à découvrir, dans le contexte du Dressing, deux vidéos de Denis Brun : The And, Ballad of the Pink Pony.

 

 

Denis Brun Denis Brun

© Denis Brun 2002

 

The And, 2002, 12’30''. 

 

Entre 1997 et 2002, j'ai arrêté de filmer, considérant qu'il y avait suffisamment de bonnes séquences à emprunter respectueusement au cinéma ou à l'actualité télévisuelle pour les remixer et les synthétiser entre elles. N'ayant ni télévision ni magnétoscope, je demandais à mon entourage de m'enregistrer des films ou des émissions de TV afin de me constituer une mini banque de données que je pouvais exploiter ensuite au studio vidéo de la Villa Arson à Nice ou à Vidéochroniques à Marseille.
Je n'utilisais plus de couleur non plus, afin de donner une unité chromatique au travail et de retrouver une sensation basique de montage et approcher au plus près un sens de la narration, issu de ma mythologie personnelle. La musique quant à elle était le plus souvent "empruntée" au monde du rock, de la pop, ou de la musique électronique.
Le but étant de créer une nouvelle histoire, plus ou moins abstraite, à partir de souches pré-existantes, tout en restant proche de l'imaginaire collectif au sens où je peux le comprendre.
The And est donc une fiction onirique dans laquelle une narration invisible semble se construire au fil des séquences, empruntées à l'actualité télévisuelle, aux téléfilms.
Pour la première fois depuis 5 ans j'y ai introduit des images que j'ai filmées avec ma première caméra numérique, et de la couleur apparaît à plusieurs reprises.
A partir de cette période, j'ai également composé la musique qui accompagne les images (à quelques exceptions près).
J'essaie d'évoquer un univers enraciné dans le réel qui s'ouvre à l'extraordinaire avec la simple volonté d'ouvrir des parenthèses narratives.

 

 

Denis Brun  

© Denis Brun 2010

 

Ballad of the Pink Pony, 2010, 3’. 

 

Cette vidéo fut réalisée en deux temps. Les images ont été tournées au centre d'art 3bisf à Aix-en-Provence (qui se trouve à l'intérieur de l'hopital psychiatrique Montperrin) durant une résidence en 2007.
Elles faisaient partie d'une installation dans laquelle se trouvaient posés, au milieu de feuilles mortes de platanes, un tas de vieux ordinateurs sur lesquels j'avais fait fondre des bougies.
L'ensemble ressemblait à un ex-voto cyber-punk au milieu d'une cellule d'isolement avec au mur les images muettes et vidéoprojetées de Ballad of the Pink Pony.
En 2010 j'ai voulu exhumer ce travail en lui donnant une autonomie, donc j'ai modifié sa longueur, et j'ai composé une musique à lui associer. Quelques semaines après que j'eus terminé, un ami de Montréal, qui m'avait appris à monter sur Finalcut, est décédé brutalement. J'ai donc décidé de lui dédier ce vidéogramme, qui évoque le monde des esprits, et notre fascination pour l'invisible. Cette vidéo a été sélectionnée sur Dailymotion et présentée à la Force de l'Art en 2010.


 

Présentation de l'artiste : http://www.denisbrun.com

Repost 0
Published by LE DRESSING. Vidéo art IN Free'P'Star - dans 2011
commenter cet article
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 17:07
À suivre, à partir de la rentrée : Denis Brun (septembre), Virginie Foloppe (octobre), Hadi Moussally (novembre), Alexandra Vincent (décembre), Gabriel Otero (janvier), Jaime Rguez (février)... et bien d'autres encore...

Et le soir de la Nuit Blanche, dans la nuit du 1er au 2 octobre, Free'P'Star accueillera une proposition du Shadow_Collectif (Françoise Anger, Christiane Blanc, Thierry Dilger, Dominique Gayman), associé à la Mairie de Paris : une création vidéo sera projetée sur toute la façade de la boutique du 61 rue de la Verrerie, Paris 4è...

Si vous souhaitez proposer vos vidéos ou un programme collectif à exposer, vous êtes invités à contacter ledressing@gmx.fr
Repost 0
Published by LE DRESSING. Vidéo art IN Free'P'Star - dans 2011
commenter cet article
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 19:18

Du 19 juillet au 31 août 2011, vous êtes invités à découvrir, dans le contexte du Dressing,  un programme collectif de six jeunes étudiants : A L'ORIGINE...

 

Elodie Danielou

© Élodie Danielou, Nuage toxique, 2011.


Vanessa Shivute

© Vanessa Shivute, Ignition, 2011.


Arlette Dakitse-Benissan

© Arlette Dakitse-Benissan, Le corps à terre !, 2011.

 

Lise Bossard

© Lise Bossard, Uchronie, 2011.

 

Nora Guemache

© Nora Guemache, Visceral, 2011.

 

Cindy Chédé

© Cindy Chédé, Mutations, 2011.

Repost 0
Published by Le dressing - dans 2011
commenter cet article
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 11:19

Du 5 au 18 juillet 2011, vous êtes invités à découvrir, dans le contexte du Dressing, les dernières vidéos d'Anaïs Lelièvre.

 

Paroles et textes deviennent illisibles ou inaudibles. Leur structure s’informe en un magma inaccessible dont l’agitation suggère une inquiétude en latence, qui tend à se dire, qui excède toute mise en forme. Défaire le langage absorbé de l’extérieur, recracher la matière du corps premier. Placer au centre ce que le texte rejette – la déchirure d’une page blanche, l’erreur mise en boule, la souillure de la tache d’encre – comme traversé de quelque chose qui se dit, voire un autre langage, une autre forme, celle de l’insaisissable, l’expression de ce qui n’existe que dans le réel, hors des mots. Redonner une positivité à l’indicible qui hante ou transpire de la réalité, comme un bruissement silencieux.


Des mots balbutiants, informes. Des gargouillis de sens. Dans la matière écranique s’ouvrent des orifices comme des bouches, qui ne parviennent qu’à faire des bulles. Comme un nouveau-né, dont ce serait là le seul langage. Le langage de la matière buccale, de la langue, de la salive. Le langage du corps qui ne peut être dit. Un corps tu par son énonciation. « Quelque chose » qui reste, en ébullition. Rapport au contexte hypertextué. Invasion débordante de signes. On a peine à respirer. Des mots qui prennent au corps, qui collent au corps, deviennent indigestes. Ad nauseam. Une nausée du texte. Une bouillie de mots insensés qu’on nous a forcés à avaler. Jusqu’à ce qu’aux tréfonds de l’estomac, ils constituent notre chair. Collante, poisseuse, desséchée. Une croûte de mots impossible à recracher. Croisement de l’invasion des nouveaux médias et de notre premier rapport au mot, celui d’un apprentissage contraint, d’une froideur typographique.

 

Anaïs Lelièvre


Anaïs Lelièvre


Anaïs Lelièvre


Anaïs Lelièvre

© Anaïs Lelièvre 2010-2011

 

Présentation de l'artiste

 

http://www.anaislelievre.com  

 

Sélection :
Territoires, 4e Rencontres d’Art contemporain, 2010, Fontaine des Chartreux, Cahors.

Nuit Blanche, 2010, Metz.
Flottement cellulaire, 2010, Parc des Buttes Chaumont, Paris.

Festival Les Arts au vert, 2009, réseau Trans Rhein Art, Alsace.

Repost 0
Published by Le dressing - dans 2011
commenter cet article

Expositions